jump to navigation

Les nominations de M. Harper août 31, 2009

Posted by jay2go in Uncategorized.
add a comment

Il est où le problème avec les nominations au Sénat de M. Harper?

Je veux dire, oui ok il a renié ce qu’il prônait par le passé – quel politicien n’a jamais viré sa chemise de bord? L’exercice du pouvoir est incompatible avec  l’idéologisme rigide, que voulez-vous. C’est comme ça, bienvenue dans le fabuleux cirque politique…

Oui, il a rompu avec le principe réformiste/allianciste d’un sénat élu. Ce n’est pas parce qu’il n’a pas essayer de le réformer pourtant, mais tout ce qu’il peut faire, c’est implémenter à la pièce. Chances de succès : mitigées. Fallait-il donc s’attendre à ce que le gouvernement fonctionne avec 28 postes vacants au Sénat? Je ne le crois pas.

À défaut de pouvoir réformer la Chambre haute dans le sens souhaité, aussi bien se plier à la tradition et nommer des sénateurs. En attendant.

Et parce qu’il aurait été fou de n’avoir comblé, au nom d’une réforme du Sénat qui ne figure plus trop sur le menu du jour, aucun poste vacant durant presque quatre ans de mandat pour voir les libéraux, éventuellement réélus, combler ces postes par des nominations libérales.

Car ceux-ci n’auraient en rien été liés par les «principes» des ex-réformistes. Au moins maintenant, les libéraux ne seront plus majoritaires au Sénat dès la fin de l’année. M. Harper n’a donc fait que saisir la balle au bond. Good job.

Alors, vraiment, tout ce branle-bas de combat… je ne comprend pas.

Par contre, ce que je trouve questionnable, c’est la nomination de… Jacques Demers?!?

En tout respect pour M. Demers, un analphabète qui se met soudainement à étudier de volumineux documents juridiques?? Dans le genre «lève-toi et marche», il n’y a pas mieux.

De deux choses l’une : ou bien on engage quelqu’un qui fait le job de sénateur à la place du sénateur Demers, ou bien personne ne fera le job du sénateur Demers à sa place.

Dans les deux cas, c’est 134 000$ par année en fumée.

Douteux…

Question : est-ce que c’était vraiment nécessaire pour remonter la cote des conservateurs au Québec?

Sans prétendre parler pour le Québec en entier, moi, j’ai accueilli plutôt froidement la «promotion» de M. Demers.

Peut-être que quelque chose m’échappe…

Publicités