jump to navigation

ROC 2.0 décembre 6, 2008

Posted by jay2go in Politique canadienne.
trackback

La gouverneure générale a décidé d’obéir à la recommandation de notre empereur Stephen 1er et de proroger le 40e Parlement. Malgré l’extrémisme de la mesure, peut-être est-ce là malgré tout une bonne chose?

Je suis profondément dégoûté de la façon de faire de M. Harper. Comme je le disais, cet homme n’est plus digne d’être le chef du gouvernement canadien. Non mais attendez : il a ajourné les travaux de la chambre en sachant très bien qu’il était menacé! Ce faisant, M. Harper a contourné les règles de notre système politique.

Cela étant dit, il fallait voir la fougue avec laquelle l’Ouest canadien s’était liguée contre la coalition. En plus d’une pseudo-crise d’unité nationale conduite sur le dos des «méchants séparatisses», il aurait fallu s’aliéner l’Ouest? Parce que dans cette crise parlementaire, ce n’était pas seulement le gouvernement contre l’opposition. Ce n’était pas seulement M. Harper contre Mme Jean. C’était d’abord et avant tout l’Ouest contre le ROC. Et pour une fois, nous faisons entièrement partie de ce Rest of Canada deuxième mouture. Ce ROC 2.0 contre lequel l’Ouest en a, c’est nous. Le Canada central. Le Canada manufacturier. Tout au long de l’évolution de la fédération, ce sont nos intérêts au détriment de ceux de l’Ouest qui ont été pris en compte. Je condamne la démagogie dont a fait preuve le premier ministre Harper. Anti-démocratie? Qu’est-ce qu’un abus de mandat sinon un mépris de la décision démocratique des électeurs? Coup d’État? Qu’est-ce qu’un coup d’État sinon couper les vivres à l’opposition dans l’espoir de les dominer? Non, cette idée de coalition pour remplacer un gouvernement qui n’a plus la confiance de la chambre, c’est parfaitement dans les règles de la fédération canadienne, n’en déplaise à Sa Grandeur et ses bonzes conservateurs. Mais il n’en demeure pas moins que la pilule est difficile à avaler pour l’Ouest.

J’ai hâte de voir ce qu’il adviendra de la coalition. J’ai hâte de voir si les libéraux vont régler leur problème de leadership. Si le gouvernement sera malgré tout renversé à la reprise des travaux. Si les 41e élections générales canadiennes seront déclenchées ou si Son Excellence la gouverneure générale donnera son aval à la prise de pouvoir de la coalition rouge-orange. D’ici là, le temps aura au moins permis de trancher une chose : ça passe ou ça casse. Soit la coalition gagne en solidité, soit elle s’écroule. Et si Harper ressortait de cette grossière prise de bec gagnant? Si la coalition s’effondrait, Harper pourrait faire passer ce qu’il veut sous forme de votes de confiance, on se retrouverait dans la même situation qui a prévalue lors du dernier Parlement. À moins d’avoir l’assurance que Mme Jean refuserait de dissoudre la chambre.

Ah! ces jeux de pouvoir…

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :